headerphoto

Quelques Dictons NorMands

L'io d'févryi vaut du dégrou d'fumyi

>> La pluie de février vaut du purin de fumier

 

  • L'io d'mâr n' vaut pâs foueur de gâr = La pluiede mars ne vaut pas fiente de jars.
  • Les jours rallongent à la Noé le saôt d'un bibet, à la Chandleu le saôt d'un beu! = Les jours rallongent à Noël du saut d'un moucheron,à la Chandeleur du saut d'un boeuf  Ajouté par Victoria
  • Vaut mieux laisser s'néfant morveux que d'i'aracher l'nez = ajouté par Jacques
  • A la mi avrî fô y vè à s'couvri = A la mi-avril il faut se coucher de jour ( y voir à se couvrir)
  • A la pentecôute fao s'mette bé tyi qu'il en coûte =A la pentecôte il faut mettre ses beaux vêtements
  • La rougyie du matin met la mare au qu'min = La rougie du matin met la mare au chemin (signe de pluie)
  • La rougyie du sé met la mare à sé = La rougie du soir met la mare à sec (présage de beau temps)
  • D'la breune dans l'crêssant, du biau temps en v'nant = De la brume dans le croissant, du beau temps à venir
  • D'la breune dans l'décours de l'iau sous trèi jours = De la brume dans le dernier quartier c'est de la pluie sous trois jours
     
  • Arc en ciel du matin
    Meut l’iau en ch’min ;
    Arc en ciel du ser
    Euspoère.
     
  • Qui vé une pomme à la Saint Jean en vé cent.
    Saint Jean les d’cend,
    Saint Pierre les r’monte.
     
  • Grand diseu, p'ti faiseu.
     
  • Y n’ia pas qu’ait l’air pus d’un honnête homme qu’un voleux.
     
  • Tandis qu’le marinier beit, la mair maonte.
     
  • A la Saint Georges laisse ton avone et sème ton orge. = A la Saint Georges laisse ton avoine et sème ton orge
     
  • A la Sainte Luche les jours rallongent du saôt d'une puche tandi qu'à la Chandleu du saôt d'un beu. = A la Sainte Luce les jours rallongent du saut d'une puce tandis qu'à la chandeleur du saut d'un boeuf.
     
  • Quand i pjieu su l'chuè cha dégoutte su l'vitjiè = Quand il pleut sur le curé, ça dégoutte sur le vicaire
     
  • Quand il aura hersé ce que j'ai labouré. - C'est-à-dire : quand il aura travaillé autant que moi.
     
  • Les petits sillons produisent plus que les grands. - Une affaire médiocre bien conduite rapporte souvent plus qu'une affaire importante mal dirigée.
     
  • Etre échauffé comme un flés (un fléau) qui n'a battu de six semaines.  -Etre froid et glacé.
     
  • Etre sâs (saoul) comme une bine.- La bine est un réservoir en fortes tresses de paille, ayant la forme d'une barrique et qui servait principalement autrefois pour conserver le blé.
     
  • Il y a du déchet dans la filasse. - La chose n'est pas ce qu'elle paraissait être d'abord.
     
  • Avoir d'autres pois à lier. - Avoir quelque chose de plus pressé à faire que ce qui est proposé.
     
  • N'entendre ni à dia ni à hue. - Etre entêté ou ne rien comprendre.
     
  • C'est un sac à tout grain. - C'est un mangeur peu difficile ou un homme qui prend de toute main.
     
  • Le plant aime le hant. - La fréquentation du bétail favorise la végétation.
     
  • Manger comme un batteur en grange. - Avoir grand appétit.
     
  • Faut pas tant de beurre pour faire un quarteron. - Il ne faut faire d'embarras pour une chose de peu d'importance.
  •  
  • Ils sont camarades fauqueux, ils trempent dans le même buhot. - Ils ont la même maîtresse. Allusion au récipient en corne dans lequel les faucheurs humectent leur pierre à aiguiser.
     
  • Faire une chose mais que (lorsque) les poules pisseront. - C'est-à-dire : jamais.
     
  • Pour filer, faut mouiller. - Pour travailler fort, il faut boire.
     
  • Retrousser la queue sans feurre. - Donner un coup de fouet, une correction. Allusion à l'usage de retrousser la queue des chevaux avec une tresse de paille, lorsqu'on les conduit à la foire.
     
  • Bourgeon n'est pas fleur, fleur n'est pas pomme, pomme n'est pas beire (cidre). - Il ne faut pas se fier aux apparences.
     
  • Epouser la vaque et le viau.- Prendre une femme enceinte ou déjà mère.
     
  • Faire un collier au viau avant qu'il soit né. - Faire prématurément une chose.
     
  • Vendre chat en pouque. - Vendre une chose sans la montrer, ou en dissimulant ses défauts.
     
  • A l'épine fleurie, adieu alose, mu mie. - La présence de l'alose dans les eaux de la Seine cesse lors de la floraison de l'aubépine.
     
  • Ne pas se laisser mâquer le cul par les mouques (mouches) faute d'un coup de queue. - Se dit de certaines femmes, par allusion à l'habitude des animaux de basse-cour de s'émoucher avec leur queue.
     
  • Foure de quien (chien) qui s'alause ne vaut pas grand' chose. - Un homme sans valeur qui fait son éloge n'en est pas moins un homme sans valeur.

    Ces premiers dictons ont été en grande partie ajoutés par Joseph (Merci!), et ont été le prétexte à la création de cette page spéciale "Dictons". En espérant voir se remplir cette page bientôt !

     

     

  • La Toile Normande


    Le Dicton du Mois

    "L'io d'févryi vaut du dégrou d'fuMyi."